3 conseils indispensables à connaître pour réussir un effet de filé

Comment restituer l’impression de vitesse dans une photo ? Non, ce n’est pas une question-piège, ni une interro-surprise…C’est juste une question que vous vous poserez lorsque vous devrez photographier un sujet en mouvement. Cette question je me la suis posé il y a quelques jours.
Le 08 avril dernier, se déroulait la course cycliste Paris Roubaix, qui passe près de chez moi. J’y vais à chaque fois que je le peux, j’adore photographier les coureurs et l’ambiance de fête qu’il y a autour de cette course. Bref, le week-end dernier, je me suis posé cette que
stion…🤔 et plutôt que de faire comme d’habitude, c’est-à-dire photographier le coureur en plein effort en figeant l’instant, j’ai décidé de donner une autre dynamique à mes photos. Je voulais des photos qui montrent que les coureurs roulent vite, très vite sur les secteurs pavés ! Pour cela, il faut créer un effet de filé.

 

Effet de filé

Photo Stef Kocyla

C’est quoi l’effet de filé ?

Avec cette technique, vous allez donner du mouvement à votre sujet dans la photo. Le sujet, net, va être isolé  de l’arrière-plan, flou (le filé !). Comment ? En suivant le sujet en mouvement, vous allez accompagner son mouvement en pivotant avec lui. C’est pour cela qu’on l’appelle aussi « panoramique de mouvement ». Plus important que la notion de mouvement du sujet, vous allez montrer qu’il se déplace rapidement…Ou pas, il est possible d’utiliser l’effet de filé sur des sujets qui se déplacent lentement, mais l’effet est moins spectaculaire. Le message que vous voulez faire passer dans votre photo est alors différent puisqu’il ne s’agit plus de vitesse. Il s’agit plus d’esthétisme dans ce genre de photo où on cherche davantage à capter le regard.
À l’inverse, lorsque vous figez le mouvement, vous ne restituez pas la notion de vitesse, mais plutôt la notion d’effort ou la notion d’émotion.


Revenons à l’objectif principal de ce type de photo, mettre de la dy-na-mique dans la photo ! Particulièrement adaptée pour les sports (de vitesse 😉) mécaniques ou non, l’effet de filé est possible dès lors qu’il y a un sujet en mouvement. On peut donc l’utiliser assez souvent en fait, à condition que les bonnes conditions soient réunies.

1. Le matériel nécessaire pour faire un effet de filé

Vous aurez plus de chances de faire un bel effet de filé si vous avez le matériel approprié. Pour commencer, peu importe le boitier, ce qui va être déterminant, c’est l’objectif. Ou plutôt, la longueur focale.

  • Une longue focale.

L’effet de filé sera plus beau et prononcé si vous utilisez une longue focale, c’est-à-dire de 50mm à…300mm voire plus, mais là il faut un peu de pratique quand même pour les réussir. Pourquoi une longue focale me direz-vous ? Tout simplement parce que vous pourrez rester à distance du sujet, ce qui est plus pratique et sécurisant.

En sport, vous ne pouvez de toute façon pas approcher de très prés les sportifs, à moins d’avoir une carte de presse ou une accréditation. La solution ? Le téléobjectif ! Si vous le pouvez, privilégiez un objectif stabilisé (IS pour Canon et VR pour Nikon). La stabilisation permettra de compenser les micro-mouvements que vous ferez, mais n’aura aucun effet contre les gros mouvements que vous pourriez faire pendant la prise de vue. 

  • Un monopod ou un trépied

Pour gagner en stabilité vous pouvez vous aider d’un monopod ou un trépied. Ce n’est pas indispensable, personnellement je n’en utilise pas lorsque je veux faire un effet de filé. D’une part parce que je trouve que cela bloque mes mouvements. J’aime être libre, et je fais en sorte de bien tenir mon appareil, je trouve ça plus efficace. D’autre part parce qu’avec un objectif stabilisé, l’utilisation d’un trépied peut perturber les capteurs et le résultat peut être pire qu’à main levée. Donc si vous utilisez un trépied, coupez la stabilisation sur votre objectif. C’est mon sentiment, à vous d’essayer ce qui vous convient le mieux !

 

Effet de filé

Photo Matthias Meyer

2. Les réglages

Les réglages vont être très importants dans cette technique, je dirais même plus déterminants ! En effet, pour obtenir ce filé en arrière-plan, il va être question de vitesse. Sur votre boitier, vous allez sélectionner le mode « Priorité Vitesse » (S ou Tv selon les marques). Vous laisserez l’appareil calculer l’ouverture appropriée pour que l’exposition soit correcte.

  • Une vitesse lente

Lisez l’article sur la vitesse si vous avez besoin de vous rafraichir la mémoire. Vous devez choisir une vitesse lente. Enfin suffisamment lente par rapport à votre longueur focale. Je m’explique : si vous utilisez une focale de 50mm, vous devez choisir une vitesse inférieure ou égale à 1/50s. Pour une longueur focale de 200mm, une vitesse de 1/200s. ou moins. La règle est plutôt simple, non ?!


Plus la vitesse sera lente, plus le filé sera beau. Le problème, c’est que plus vous abaissez la vitesse, plus vous augmentez le risque d’avoir un sujet flou ! Vous aurez beaucoup de déchets pour obtenir une seule belle image exploitable. À vous de déterminer quelle serait la meilleure vitesse pour faire un beau filé. Pensez à faire des essais avant de tester cette technique le moment voulu, surtout si c’est une course comme Paris Roubaix ! Vous n’aurez pas l’occasion de faire 36 prises de vue, tout va se passer très vite et vous devrez être prêts ! Donc, pratiquez avant !

  • Mise au point

Le choix de la mise au point va être également assez importante. Ben oui, votre sujet va se déplacer vite, et votre autofocus, il va devoir suivre ! Pour info, un coureur du Paris Roubaix roule à environ 40 km/h, ce qui en fait une cible très mobile, et l’autofocus va devoir accrocher cette cible. En plus sur des pavés, il y aura des mouvements verticaux aussi, que l’on aurait pas sur de l’asphalte.


Vous avez le choix entre plusieurs modes de mise au point. Dans le menu de votre appareil, vous pouvez choisir entre le mode « autofocus automatique » (AF-A ou AI Focus), le mode « autofocus ponctuel » (AF-S ou One Shot) et le mode « autofocus continu » (AF-C ou AI Servo). C’est ce dernier mode que nous allons choisir. Il est particulièrement adapté aux sujets en mouvements, ce qui nous arrange bien ici. Avec ce mode, l’autofocus va suivre le sujet en mouvement et faire la mise au point en permanence sur lui. Elle est pas belle la vie ?


Dernière info au sujet de la zone de mise au point : vous devez aussi faire attention à ce réglage. La zone de mise au point, c’est la zone du cadre où les collimateurs vont accrocher leur cible. Il y a plusieurs sélections possibles. Si votre boitier le propose, choisissez la zone dynamique, qui permet aux collimateurs de suivre le mouvement du sujet.

  • Le mode rafale

Vous pouvez sélectionner ce mode pour augmenter vos chances de faire une photo réussie de filé. Si votre sujet se déplace vite comme les coureurs du Paris Roubaix, vous aurez besoin de mitrailler votre cible (vous remarquez le langage militaire !). Déclenchez un peu avant que votre sujet n’entre dans le cadre, et continuez jusqu’à ce qu’il en sorte. Raison de plus si votre sujet ne passe qu’une seule fois devant votre objectif ! Là, pas le droit à l’erreur !

Effet de filé

Photo Grafixart

3. La technique du panoramique de mouvement

Je vais être franc avec vous, je trouve que ce n’est pas une technique facile. Il m’a fallu beaucoup de temps et de pratique (et d’échecs !) pour enfin réussir à faire quelques belles photos. Mais vous êtes certainement plus doués que moi, et il vous faudra moins de temps et d’entraînement que moi pour y arriver !! 😂

Pour vous expliquer concrètement comment faire, je vais vous parler de mon expérience sur le parcours de Paris Roubaix (je vous ai déjà dit combien j’aimais cette course ? 😄). Le matériel que j’ai emporté était un hybride Sony, un objectif 50mm f1,8 et c’est tout ! Je connaissais bien le secteur pavé où je voulais faire les photos, aussi la partie repérage était déjà faite. J’ai donc choisi un endroit dégagé, où je verrai les coureurs arriver de la droite avec suffisamment d’avance pour me préparer.
Une fois sur place, je me suis positionné parallèlement à la route (enfin si on peut appeler ça une route…). J’ai profité du passage de cyclistes avant l’arrivée des coureurs pour faire des essais de prise de vues. Cela m’a permis d’ajuster la distance qui me séparerait des coureurs. Je ne voulais être ni trop loin ni trop prés pour que les coureurs occupent une place raisonnable dans mon cadre. Position : check ✅ !

Ayant volontairement choisi de shooter à main levée, je me suis entraîné à répéter le geste sur tout ce qui passait devant mon objectif. Le but était de travailler la gestuelle, qui est hyper importante, n’ayant pas de trépied. De tous ces premiers clichés, j’en ai déduit que la vitesse que je pouvais utiliser était de 1/40s. La stabilisation de mon boitier me permet de prendre à main levée un coureur en mouvement.

Au niveau de la technique pure maintenant, pour créer un bel effet de filé, tout va se jouer dans la gestuelle. En effet, vous devez précéder le mouvement de votre sujet et l’accompagner lorsqu’il passe devant votre objectif jusqu’à ce qu’il en sorte. C’est un mouvement panoramique. À main levée, vous devez tenir fermement votre appareil, bloquer votre position et c’est votre bassin qui va pivoter. Avec lui, votre buste, vos bras, vos mains et votre appareil pivotera en même temps. En fait, votre corps fait office de trépied ! Sauf que vous n’en avez que 2, et que vous allez les ancrer solidement dans le sol. Pigé ? Je vous avais prévenu, ce n’est pas une mince affaire !

Les chiens aboient, la caravane passe…

Bon, sincèrement, sur la cinquantaine de photos prises ce jour-là, il y en a vraiment 1 seule de réussie :

 

Effet de filé

Photo Stef Kocyla

Pour info il s’agit du champion des Pays-Bas, Ramon Sinkeldam (62e du classement).

La récolte est maigre me direz-vous, et c’est vrai. C’est pourquoi je n’utilise cette technique que lorsque j’ai déjà fait d’autres types de photos sur le même sujet. En photographiant en mode rafale, vous multipliez les chances de faire une belle photo, mais beaucoup seront à jeter. Peut-être devrais-je pratiquer encore plus souvent cette façon de photographier…Bref, ça vaut le coup d’essayer, parce que ce genre de photos n’est vraiment pas courant, sauf dans les magazines ou la presse sportive. Et puis qui sait, cela vous donnera envie de vous spécialiser dans le reportage ?

Pensez à partager cet article et surtout, allez pratiquer !! 😀 📸

Recevez GRATUITEMENT le guide
5 CONSEILS pour améliorer INSTANTANÉMENT vos photos !
Je déteste les spam, votre email restera secret

Laisser un commentaire