Toute la lumière sur l’exposition en photo !

Maintenant que vous avez compris ce qu’était la lumière, nous allons voir comment la gérer. Ou plutôt comment votre boîtier va la gérer et comment vous allez gérer votre boitier ! 😂 Bref, je vous présente l’exposition !

Alors l’exposition qu’est-ce que c’est ?

Le principe de la photo c’est l’enregistrement de la lumière sur un capteur pour en créer une image. L’exposition est donc la quantité de lumière enregistrée sur le capteur. Mais au fait, vous connaissez déjà tous le principe de l’exposition lorsque vous allez à la plage l’été : mais comme le recommandent les médecins et dermatologues, qu’est-ce qu’une exposition correcte ?

C’est la 1ere fois que vous vous mettez en maillot de bain, et votre peau toute blanche va être exposée au soleil. Une exposition correcte, c’est lorsque vous n’attrapez pas de coups de soleil, et que vous avez de belles couleurs à la fin de la journée ! Tout est une question de dosage, lorsque la lumière entre de manière importante dans le boîtier, la photo est sur-exposée (en gros, vous avez un méchant coup de soleil !). Lorsque la lumière n’entre pas suffisamment dans le boîtier, la photo est sous-exposée (là, vous êtes encore plus blanc qu’avant de vous exposer !). Lorsque la lumière entre en quantité suffisante, la photo est correctement exposée (vous avez un beau petit teint halé). Ok ! Mais comment je fais pour obtenir une exposition correcte ?

L’exposition correcte

Lorsque vous prenez une photo, vous souhaitez restituer la scène qui se trouve devant vous. L’enjeu de la photographie est de reproduire ce que voit l’œil humain, or c’est impossible. Pourquoi ? parce que notre œil est une formidable machine avec laquelle le meilleur des boîtiers ne rivalisera jamais ! Mais votre appareil possède des capteurs qui vont mesurer la luminosité de l’image. Si vous êtes débutant, comme moi à l’époque, vous utilisez le mode « automatique » (le but de ce blog est de vous en passer !). En fait, dans ce mode, l’appareil gère tout tout seul ! Selon les mesures que l’ordinateur du boitier va prendre à partir des capteurs, il va déterminer un ensemble de réglages pour donner une exposition correcte à la photo.
Bouuuuh ! C’est pour les fainéants ça ! Et en plus il est où le sens artistique dans tout ça ?!

Mais avant de revenir sur les différents réglages de votre boîtier, nous allons voir comment l’exposition peut être modifiée. Trois paramètres vont influencer l’exposition :

  • l’ouverture du diaphragme : c’est le diamètre d’ouverture du diaphragme
  • La vitesse d’obturation : c’est le temps d’ouverture du diaphragme
  • La sensibilité ISO : c’est la sensibilité du capteur à la lumière

Le triangle de l’exposition :

exposition

Oulala mais que c’est compliqué ! Rassurez-vous je vais illustrer ces trois paramètres par un tableau d’Edward Hopper, « Morning Sun » :

exposition

Edward Hopper

Prenez la pièce de cet appartement qui comporte une fenêtre. Dehors il fait un grand soleil. Cette fenêtre, vous pouvez la comparer au diaphragme. La taille de cette fenêtre est à comparer à l’ouverture du diaphragme. Si la fenêtre est petite elle laissera entrer moins de lumière que si elle est grande. Jusque-là c’est logique.

 

C’est donc la même chose avec le diaphragme, plus son ouverture est grande, plus il laisse entrer de lumière. Plus il est petit, moins il entre de lumière.
Maintenant imaginez que cette fenêtre ait des rideaux, ces rideaux sont à comparer à la vitesse d’obturation. Il ne nous manque plus que le capteur, et tout simplement, ce sera votre œil ! Maintenant placez-vous devant la fenêtre et tenez les rideaux de chaque main : vous allez ouvrir et fermer rapidement les rideaux, la lumière aura peu de temps pour entrer dans votre œil, et vous ne serez pas éblouis; en revanche si vous ouvrez les rideaux et patientez 2 secondes, puis refermez les rideaux, la quantité de lumière qui entrera dans votre œil sera importante, et vous serez éblouis OK ?
Si vous mettez des lunettes de soleil, la sensibilité de vos yeux à la lumière va baisser, c’est exactement le principe des ISO (ISO 100 = faible sensibilité, ISO 3200 = forte sensibilité). Dans votre boitier, il se passe la même chose que dans votre boite crânienne.

La bonne exposition

Une exposition correcte dépendra donc de l’interaction entre : l’ouverture du diaphragme, la vitesse d’obturation et la sensibilité ISO du capteur. Il ne faut pas la confondre avec une bonne exposition, qui va dépendre des goûts et des couleurs de chacun.
Bien évidemment le plus souvent une bonne exposition c’est une exposition correcte. Cependant, pour des raisons artistiques par exemple, il y a des fois où le photographe préférera choisir une autre exposition pour avoir un rendu différent de l’exposition correcte. Personnellement j’aime les ambiances sombres, romantiques (dans le sens 1er du terme), qui dégagent une atmosphère tourmentée. Je n’hésite pas à sous-exposer très légèrement certaines de mes photos, pour accentuer le côté dramatique de la scène. Vous en aurez quelques exemples sur mon compte Instagram.

Par exemple ici dans le Nord de la Norvège :

exposition

Photo Stef Kocyla

Pour finir, la façon dont vous allez régler l’ouverture, la vitesse ou les ISO va avoir des effets sur d’autres aspects :

  • la profondeur de champ pour l’ouverture
  • le mouvement (flou ou net) pour la vitesse
  • le grain de l’image (le bruit) pour les ISO

Pas de panique, je vous explique ces notions dans de prochains articles !

N’hésitez pas à me laisser vos questions en commentaire, je me ferai un plaisir d’y répondre !

Pensez à partager cet article et surtout, allez pratiquer !! 😀 📸

Recevez GRATUITEMENT le guide
5 CONSEILS pour améliorer INSTANTANÉMENT vos photos !
Je déteste les spam, votre email restera secret

4 Comments

  1. la lykorne illettree 13 mars 2018
    • Stef Kocyla 14 mars 2018
  2. Lucie 15 mars 2018
    • Stef Kocyla 15 mars 2018

Laisser un commentaire