La lumière en photo : laissons, laissons entrer la lumière…♫ !

Que faut-il pour faire une bonne photo ? De la lumière, de la lumière, encore de la lumière !

D’ailleurs attardons-nous un peu sur le terme « photographie » : « photo » signifie en grec « lumière », et « graph » écrire, le terme photographie signifie littéralement « écrire avec la lumière » (wikipedia). En fait, la photographie, c’est l’enregistrement de cette lumière sur un support (pellicule ou capteur numérique). Magique, n’est-ce pas ? Moi, cette invention m’a toujours fasciné !

Cet article n’a pas la prétention de vous faire un cours technique sur la lumière. En fait vous n’avez pas besoin de ça pour la comprendre. Je vais faire appel ici à votre sensibilité et votre bon sens. Acquérir quelques principes de base et puis expérimenter et pratiquer, voilà tout ! Nous verrons dans un autre article en quoi la lumière est super importante pour l’exposition de votre photo. Mais revenons à nos moutons.
L’ancêtre du photographe, l’artiste peintre, a toujours eu cette quête de la lumière. Même si la technique et le support ont changé, le travail reste le même. Si vous souhaitez voir à quoi ressemble une belle lumière, je vous invite à vous intéresser aux œuvres d’un maître (de la lumière ! 😄) comme Vermeer par exemple.

 

la lumière

Johannes Vermeer, Vue de Delft

 

En ce qui me concerne, je privilégie toujours la lumière au sujet en lui-même. La beauté d’un paysage ou d’un mannequin ne sera jamais aussi bien restituée que par une belle lumière. En effet, c’est la lumière qui va mettre en valeur (ou dévaloriser, c’est selon…) mon sujet. Alors plutôt que de chercher d’abord la meilleure composition, le plus bel angle ou le plus beau point de vue, je me pose d’abord toujours cette question (obsédante…😅) : comment est la lumière ?

1. Mais c’est quoi la lumière ?

Là, je fais appel à vos souvenirs du cours de physique au collège ! Allez, je suis sympa je vous aide : la lumière désigne les ondes électromagnétiques visibles par l’œil humain. Elle est une forme d’énergie produite par la matière et elle est composée de particules (les photons) et d’ondes. Elle se déplace à 300 000 km/s dans le vide en ligne droite, mais sa direction peut être déviée lors du passage d’un milieu à un autre (de l’air sec à l’eau par exemple).
Lorsque la lumière est suffisante, l’œil humain distingue les couleurs, du violet au rouge. Vous voilà bien avancés me direz-vous ? Oui mais c’est pour mieux comprendre comment elle agit et donc comment vous devez réagir en sa présence.

Intéressons-nous maintenant aux différentes sources de lumière, souvenez-vous, on en distingue 2 sortes :

  • les sources primaires : le soleil, les filaments d’une ampoule, les vers luisants et même l’écran de votre ordinateur !
  • les objets diffusant : ce sont les corps qui renvoient la lumière : la lune, et d’une manière générale tous les objets et personnes qui nous entourent.

Selon ce que vous voulez photographier, je vous conseille avant de shooter d’identifier la source de lumière. Je ne parlerai pas ici de la lumière artificielle, qui pose à mon sens moins de soucis puisque vous pouvez agir directement sur celle-ci (attention je n’ai pas dit que photographier sous une lumière artificielle était facile, loin de là !). En revanche, il est plus compliqué d’appréhender la lumière naturelle. Ben oui parce que personne ne maitrise les conditions météo, vous allez prendre ce que la nature vous donne ! Quelle leçon d’humilité n’est-ce pas ?

2. Alors c’est quoi une belle lumière ?

Une belle lumière pour moi est une lumière qui va jouer le rôle de révélateur, je veux dire par là qu’elle va sublimer votre scène ou votre sujet, et ce, qu’elle soit naturelle ou artificielle. Prenons donc la lumière naturelle, vous reconnaitrez une belle lumière lorsque plusieurs éléments seront réunis :

l’heure de la journée à laquelle vous voulez faire la photo : mes 2 moments préférés sont tôt le matin ou tard le soir. A votre avis pourquoi ?
Parce que ces moments offrent une lumière horizontale ou rasante (donc qui accentue les contrastes, un phénomène que je recherche particulièrement), moins intense, plus douce et offrant des tonalités plus belles esthétiquement. A l’inverse, l’heure de midi offre les perspectives les moins intéressantes. La lumière verticale est très dure (surtout en été quand le soleil est haut dans le ciel), très forte et qui de ce fait « écrase les couleurs » et offrant peu de contrastes.

Perso, je préfère l’aube pour photographier. Au petit matin, différents phénomènes peuvent se produire alors qu’ils peuvent beaucoup moins se produire au crépuscule. C’est par exemple la brume, la rosée, le gel. Et puis lorsque je suis dans des endroits touristiques, il n’y a personne à 5h00 du matin en été (ou presque, à part d’autres photographes souvent…!). Alors que des foules de touristes envahissent le soir ces endroits.

la direction de la lumière, selon l’heure de la journée mais aussi selon l’époque de l’année. Eh oui, la course du soleil n’est pas la même en été ou en hiver ! Il illumine la surface de la terre de manière différente selon les saisons. De cette direction dépendent aussi les contrastes, cités plus haut. La direction est importante parce qu’elle vous obligera à shooter une scène à un moment précis et pas un autre, parce qu’en fonction du lieu où vous vous placez, la lumière ne sera bien positionnée qu’à ce moment-là.
Et elle éclairera magnifiquement cette scène, comme ici :

 

la lumière

Photo Stef Kocyla

 

Les conditions météo : si je préfère un lever de soleil net et franc, j’aime beaucoup les nuages. Bien positionnés, ils peuvent être de bons alliés. En fait il en faut même un peu tout le temps, parce qu’un ciel bleu c’est ennuyeux !
La brume, quand ce n’est pas un brouillard épais, est très intéressante à travailler, parce qu’elle tamise la lumière et apporte une ambiance que j’aime  (faites un tour sur mon compte Instagram pour en avoir une idée). En revanche ce que j’évite absolument c’est la pluie, la bonne grosse pluie qui vous transperce, parce qu’elle bloque toute lumière et ruine votre matériel en plus !

3. La pratique

Vous devez vous entrainer, comme n’importe quel autre sportif ! Oui comme le sportif mais votre muscle à vous c’est votre œil, et vous devez l’éduquer ! Pour cela, il n’y a pas de secrets, vous allez devoir faire des efforts :

– vous lever très tôt 😅
– vous coucher très tard
– faire preuve de patience 😇
– affronter les éléments (chaleur, froid, humidité…)
– zapper le bon petit déjeuner ou le dîner en famille

Je vous propose un exercice très simple, vous allez photographier une scène (rue ou paysage) à 3 moments différents de la journée (la matin, le midi et le soir), en prenant soin de cadrer exactement de la même manière à chaque fois. Concentrez-vous sur la scène et oubliez la technique, donc pas de problème si vous utilisez le mode automatique, faites la mise au point sur la partie la plus claire. Ensuite comparez les 3 clichés et vous constaterez que les plus jolis sont ceux du matin et du soir.

N’hésitez pas à me faire un retour d’expérience en commentaire, je me ferai un plaisir d’y répondre !

Pensez à partager cet article et surtout, allez pratiquer !! 😀 📸

Recevez GRATUITEMENT le guide
5 CONSEILS pour améliorer INSTANTANÉMENT vos photos !
Je déteste les spam, votre email restera secret

4 Comments

  1. La lykorne Illettrée 8 mars 2018
    • Stef Kocyla 8 mars 2018
  2. Lucie 15 mars 2018
    • Stef Kocyla 15 mars 2018

Laisser un commentaire