4 étapes pour comprendre l’ouverture et en tirer profit !

Voici le premier pilier de l’exposition, comme vous l’avez lu dans le précédent article sur le triangle de l’exposition. Dans cet article, je vous avais expliqué le triangle de l’exposition, à savoir la vitesse d’obturation, la sensibilité ISO et…l’ouverture ! L’ouverture est une des notions à bien comprendre pour maîtriser son boitier, et vous verrez, ce n’est pas compliqué, il faut juste se concentrer un peu. Par ici la visite !

1. L’ouverture qu’est-ce que c’est ?

Quand on parle d’ouverture en photographie, on parle déjà de l’objectif, et pas du boitier. Dans chaque objectif il y a un diaphragme, qui correspond à mon exemple de la fenêtre dans une pièce. Ça ne vous dit rien…? Allez relire l’article sur l’exposition 😉. Ce diaphragme va s’ouvrir et se fermer pour laisser entrer la lumière sur le capteur. L’ouverture du diaphragme est tout simplement le diamètre d’ouverture de ce diaphragme ! Tout simplement, lorsque le diaphragme est ouvert au maximum, il laisse entrer plus de lumière qu’à son minimum. Logique, non ? Comme la taille de la fenêtre !

 

L'ouverture

2. Elle se trouve où l’ouverture sur mon appareil ?

Bon maintenant que vous avez compris le principe, nous allons voir comment on agit sur l’ouverture de votre objectif. L’ouverture se mesure en f/valeur (ou nombre d’ouvertures), d’ailleurs vous avez déjà remarqué ce signe sur vos objectifs, par exemple f/3,5, non ?! Ce chiffre correspond à la taille d’ouverture du diaphragme. Là où ça se corse un peu, c’est pour la signification de ces valeurs : une grande ouverture = petit chiffre et petite ouverture = grand chiffre ! Si le diaphragme s’ouvre à f/2,8, vous avez une grande ouverture, donc beaucoup de lumière. Si vous ouvrez à f/16 vous avez…? Une petite ouverture, très bien ! 🙌 Donc peu de lumière. C’est complètement illogique là comme ça, mais c’est le résultat de savants calculs que je n’aborderai volontairement pas ici, le but pour vous n’étant pas de soutenir une thèse sur l’ouverture du diaphragme en photographie !

Concrètement, prenons cet objectif comme exemple :

l'ouverture

Photo Neonbrand

Vous pouvez lire le nom de la marque de l’objectif, puis 50mm (la focale), puis 1:1,8 (l’ouverture maximale). Cela veut donc dire que cet objectif va ouvrir son diaphragme à 1,8 à la plus grande ouverture, ce qui en fait un objectif très lumineux (et au passage que je vous recommande vivement !).
Petite précision lorsque vous voudrez modifier l’ouverture de votre objectif : sachez qu’à chaque fois que vous fermez d’un cran le diaphragme, vous divisez par 2 la quantité de lumière qui entre, inversement, à chaque fois que vous ouvrez, vous multipliez par 2 la quantité de lumière.

3. Maintenant comment je fais pour changer l’ouverture ?

2 modes permettent de modifier l’ouverture : le mode M (manuel) et le mode Av ou A (ouverture, qui se dit Aperture en anglais).

  • Le mode M : c’est vous le capitaine ! Vous commandez tous les réglages manuellement, dont l’ouverture. Pour obtenir une exposition correcte (vous vous souvenez ?), si vous agissez sur l’ouverture, vous devrez agir aussi sur la vitesse et probablement les ISO. Le mode M est le mode ultime, c’est votre quête, quand vous saurez l’utiliser, vous aurez gagné vos galons de capitaine !

 

  • Le mode Av : c’est le mode « priorité à l’ouverture ». C’est un mode où vous allez choisir l’ouverture et le boitier va se charger des autres réglages pour donner une exposition correcte à l’image. Vous êtes le second du capitaine, et c’est déjà pas mal !
l'ouverture

Photo Dmitri Popov

4. Mais pourquoi changer l’ouverture ?

  • Parce que l’ouverture permet de contrôler la quantité de lumière qui arrive sur le capteur. Vous aurez besoin parfois de laisser entrer beaucoup de lumière, « d’ouvrir » au maximum, parce que vous vous trouverez dans un endroit sombre, privé d’une belle lumière naturelle. C’est souvent le cas dans les intérieurs des maisons, ou alors le soir lorsque vous voudrez prendre des scènes de nuit. A l’inverse, sur des scènes très lumineuses, vous aurez besoin « de fermer » beaucoup l’objectif, pour compenser le risque de sur-exposition.
  • Parce que l’ouverture permet de contrôler la profondeur de champ. Alors la profondeur de champ qu’est-ce que c’est ? Vous allez adorer, parce que moi c’est un des éléments avec lesquels j’adore jouer. Il s’agit en fait de la netteté totale ou partielle de la photo. Mais si, vous savez de quoi je parle : c’est quand vous avez le beau portait de la personne que vous aimez bien net et l’arrière plan tout flou ! Ou quand vous avez un beau paysage net du premier au dernier plan. Retenez ici qu’une grande ouverture va donner un beau flou d’arrière plan, et qu’une petite ouverture va donner une image nette partout !

f/1,8 : je vais isoler mon sujet du reste de la photo en créant un beau flou d’arrière plan (on parle de faible profondeur de champ)

f/22 : toute ma photo sera nette (on parle de grande profondeur de champ)

5. Pour résumer sur l’ouverture

Sachez simplement que les caractéristiques de l’ouverture sont propres à l’objectif (et pas au boitier, hein ?). Vous verrez par la suite combien le choix de l’objectif est important, au moins aussi important que le choix du boitier ! Parce que pour shooter quand il fait sombre ou obtenir une faible profondeur de champ, il faut des objectifs avec une grande ouverture (on parle d’objectifs « lumineux » parce qu’ils peuvent laisser passer beaucoup de lumière), comme celui pris dans mon exemple.

Enfin, voici un outil bien conçu pour vous aider à visualiser les résultats d’ouvertures différentes : http://www.photonhead.com/simcam/shutteraperture.php

N’hésitez pas à me laisser vos questions en commentaire, je me ferai un plaisir d’y répondre !

Pensez à partager cet article et surtout, allez pratiquer !! 😀 📸

Recevez GRATUITEMENT le guide
5 CONSEILS pour améliorer INSTANTANÉMENT vos photos !
Je déteste les spam, votre email restera secret

Laisser un commentaire