3, 2, 1…Partez à la conquête des étoiles et de la Voie Lactée !

Qui n’a jamais écarquillé les yeux d’admiration devant ces photos d’étoiles ou de ces paysages grandioses sous la Voie Lactée ? Sérieusement, elles font rêver ces photos ? On se demande même si elles sont réelles ! « Naaan, pas possible, c’est photoshopé tout ça » ! me diront certains. Pas faux.
Les créateurs de ces images (on dépasse la photographie pure, donc je ne parle plus de photographes) ont dû avoir recours à certaines techniques de traitement de l’image. En revanche, il est tout à fait possible de faire de belles photos de notre chère voûte céleste sans être un pro de Photoshop !


Je me rappelle la première fois où j’ai capturé les étoiles. C’était chez mon frère qui habite au Canada. Sa maison étant préservée des sources de pollution lumineuse, j’en avais profité pour m’exercer en astrophotographie. Bon, à l’époque, j’étais très content du résultat avec le matériel que j’avais (un objectif Sigma 18-200mm, f/3.5-6.3). Au final, encore aujourd’hui, je me dis que la photo n’était pas si mal pour une première tentative :

étoiles

Photo Stef Kocyla

 

Nuit noire ou nuit blanche ?

étoiles

Photo Timothee Duran

Avant de partir à la conquête de la Voie Lactée et de faire la guerre des étoiles 😄, je voudrais juste rappeler quelques notions essentielles à la photo de nuit. Vous l’avez remarqué, la lumière n’est pas la même selon l’heure de la journée, et bien la nuit c’est pareil !

Les heures qui suivent le coucher du soleil et celles qui précèdent son lever son les plus claires. Ça, c’est ok. En revanche, vous êtes-vous retrouvé une nuit sans lune en plein désert, en pleine montagne ou en pleine mer ? Dans ces coins-là, la nuit est vraiment noire. Mais dire qu’il n’y a pas de lumière serait faux, et heureusement qu’il y en a, si le noir total existait, on ne pourrait rien photographier…Si vous avez besoin d’une piqûre de rappel sur la lumière, c’est par ici !

Maintenant que l’on a vu que même la nuit il y a de la lumière, voyons quel type de lumière peut briller dans la nuit…Les lampadaires, les étoiles, la lune, les éclairs, un feu de camp, les vers luisants ? Oui, en fait il y a beaucoup de sources de lumière la nuit, ce qui est bien, et moins bien !

C’est une bonne chose ou une moins bonne chose selon ce que vous voulez photographier. Si vous voulez photographier votre ville, c’est une bonne chose (j’y consacrerai un article). Si vous souhaitez photographier les étoiles, c’est une mauvaise chose. Les lumières artificielles sont omniprésentes dans nos cités, encore plus depuis l’apparition des LED.

La lumière comme contrainte

Les LED ont considérablement changé le visage de nos villes la nuit. Regardez le nombre de lampadaires qui diffusent cette lumière blanche et froide, plus intense que la lumière qui équipait avant nos centre-villes. Et toutes ces enseignes lumineuses allumées en pleine nuit ? En France, la lumière artificielle a doublé en 25 ans.
C’est un confort pour l’usager que nous sommes, mais c’est à mon sens une grande source de pollution, la lumière LED diffusant une lumière bleue nocive pour les êtres vivants.

L’éclairage LED est moins énergivore, dure plus longtemps et il est recyclable, mais les villes en ont profité pour augmenter le nombre d’éclairages. Toutes ces sources de lumières sont autant de parasites pour capter la lumière naturelle, celle des étoiles ou celle réfléchie par la lune.
Quand on sait qu’un tiers de la population mondiale ne peut pas voir la Voie lactée en pleine nuit, ça vous montre l’ampleur du problème 😅. Pour connaître les endroits sur terre ou près de chez vous où vous avez le plus de chance d’apercevoir les étoiles, rendez-vous sur le site www.darksitefinder.com.

 

Etoiles

Photo Nasa

La lumière comme alliée

Maintenant que tout est noir, ou presque, voyons comment nous y prendre pour photographier notre belle galaxie. Sachez que le plus infime point lumineux dégage quand même de la lumière. Il est peut-être imperceptible à l’œil nu, mais avec votre appareil magique, vous allez le prendre au piège ! Pour faire des photos la nuit, pas besoin d’avoir beaucoup de lumière, il faut savoir comment la capturer, c’est tout !

Petit point sur le matériel nécessaire. Vous aurez besoin :

  • d’un trépied
  • d’une petite lampe frontale qui éclaire rouge, très utile pour voir vos réglages et vos pieds en pleine nature, mais surtout pour permettre à vos yeux de s’adapter plus rapidement au noir de la nuit
  • une seconde batterie, c’est gourmand une pose longue !
  • d’un objectif le plus lumineux possible, c’est à dire dont l’ouverture est la plus grande possible (f1.4, f1.8, f2.8) et idéalement d’un grand angle (oui le ciel est vaste) et ça vous permettra peut-être de prendre une étoile filante ! Ça vous permettra d’inclure un élément du paysage pour donner de la profondeur à votre photo (un arbre, une maison, une montagne…)
  • une télécommande, ou une app pour smartphones qui permet de contrôler l’appareil à distance (ça existe chez Canon par ex.)
  • une thermos de café : les nuits sont fraîches et il faut rester éveillé !
  • de la patience, parce que on va faire de la pose loooooongue 😄!!

Avant de passer aux réglages, petit rappel sur l’exposition. Souvenez-vous, dans mes articles sur l’ouverture et la vitesse, je vous indiquais comment obtenir une exposition correcte. La nuit, pour obtenir une exposition correcte, il faudra inévitablement une vitesse très lente, quelque soit la luminosité de votre objectif. C’est pour ça qu’il vous faut un trépied. Il faudra également une (très) grande ouverture, pour laisser entrer le plus de lumière dans le boitier. Voilà pour l’objectif lumineux.

Mais au fait, c’est quoi les réglages ?

 

Materiel

Photo Dmitri Popov

Plusieurs options s’offrent à vous :

  • le mode Priorité Vitesse : vous déterminez une vitesse, et vous laissez l’ordinateur de l’appareil calculer l’ouverture. Si vous choisissez ce mode, prenez la vitesse la plus lente possible (souvent 30s.). Précision astronomique : comme la terre tourne sur elle-même et autour du soleil, lorsque vous regardez les étoiles, elles se déplacent dans le ciel. Très lentement certes, mais ce sera visible sur une pose très longue, en général à 45s pour un 11mm, 20s. pour un 24mm ou 14/15s. pour un 35mm. C’est ce qu’on appelle la règle des 500. En fait, vous divisez 500 par la longueur focale, et vous obtenez la vitesse à partir de laquelle apparaîtra le filé des étoiles. Attention au coefficient multiplicateur (1,5 ou 1,6 selon les marques).
  • le mode Priorité Ouverture : idem, vous déterminez l’ouverture, l’appareil calcule la vitesse. Dans ce cas, je vous le donne en mille : ouvrez au max ! Petite astuce si vous avez une très grande ouverture, vous pouvez fermer un peu pour obtenir un meilleur piqué !
  • le mode Manuel : là vous pourrez faire vos propres réglages, choisir l’ouverture, la vitesse, les ISO…tout quoi ! C’est vous le Boss !
  • le mode Bulb : c’est le mode que vous allez utiliser pour obtenir des photos de traits d’étoiles (voir plus bas). Avec ce mode et une télécommande, vous pouvez choisir le temps d’exposition et aller bien au delà des 30s.
  • Désactivez l’autofocus, qui ne vous sera d’aucune utilité pour photographier des étoiles. Faites vous-même la mise au point manuellement, en la réglant sur l’infini, et vous êtes tranquilles !
  • Réglez les ISO sur le maximum encaissable par votre boitier. Pour le connaître, rendez-vous sur internet et les tests des sites genre focus-numerique.com, mais si possible, évitez d’être en dessous de 1 600 ISO
  • La balance des blancs sur le mode « auto », parce qu’on y reviendra au post-traitement
  • Format RAW obligatoire, idem, vous devrez développer votre photo et il y a un peu de boulot ! 😉

Lorsque vous regardez les étoiles, elles se déplacent dans le ciel. Cela va vous donner la possibilité de faire 2 types de photos d’étoiles : celles avec des étoiles brillantes en points lumineux plus ou moins nets, et celles avec des traits lumineux correspondant au déplacement des étoiles dans le ciel. Les 2 sont sympas, elles sont très esthétiques et correspondent à des sensations et des buts artistiques différents.

Pour faire simple, c’est la vitesse d’obturation qui ne va pas être la même :

  • Pour avoir des étoiles nettes, sélectionnez le mode Priorité Vitesse ou mode Manuel, et calculez votre vitesse en appliquant la règle des 500 citée juste avant. Boostez les ISO à 3 200 si votre appareil le permet sans faire trop de bruit (perte de qualité et de détail dans les parties sombres de la photo), et ouvrez le diaphragme à son maximum.
    À sa plus grande ouverture ? Vous me feriez remarquer à juste titre qu’on perd en piqué aux grandes ouvertures ! Alors pourquoi ne pas fermer un peu le diaphragme ? Je vous répondrais que c’est le seul moyen pour faire entrer suffisamment de lumière, sans dépasser la vitesse limite du filé d’étoiles, tout en n’explosant pas les ISO et avoir du gros-bruit-bien-moche sur la photo. Sinon, rien ne vous y empêche… à vous de voir ce que vous privilégiez, on ne peut pas tout avoir ! Mais
    peut-être qu’à l’avenir les fabricants trouveront la recette miracle…
    Exemple de petites étoiles avec cette photo de Yosemite :

 

Etoiles

Photo Sam Goodgame

 

  • Pour avoir des traits lumineux, mode Bulb, sélectionnez une vitesse de 2 700s. (45 mn) sur votre télécommande, réglez les ISO sur 300 et ouvrez à f8/f9, la très longue exposition va permettre de fermer un peu le diaphragme. En revanche cette fois-ci on pourra avoir un bon piqué, ok ? Voici un bel exemple de filé d’étoiles :

 

Etoiles

Photo Andrew Preble

 

Vous êtes prêts à prendre de superbes photos d’étoiles, mais concrètement comment mettre toutes les chances de votre côté ?

  • Tout d’abord, en choisissant un lieu le plus éloigné possible de sources lumineuses artificielles. Choisissez un endroit sauvage, en pleine nature ou en bord de mer. Je vous invite à lire l’article sur le repérage qui pourra vous être utile. Profitez de vos vacances pour ça, c’est pratique, après une partie de la nuit à faire des photos, on peut faire grasse mat’ !
  • Puis, vous allez choisir une nuit noire, et surtout sans lune. La pleine lune n’est pas votre amie dans ce cas, il vaut mieux reporter votre tentative et faire des photos de la lune à la place !
  • Vous choisirez aussi de préférence une nuit froide et avec peu d’humidité dans l’air. Cette dernière a tendance à créer de la diffraction et un voile composé de micro-gouttelettes d’eau en suspension dans l’atmosphère.

Le Post-traitement

Pas facile de traiter du post-traitement…haha ! 😅 Non, pas facile parce que chaque photo aura besoin d’un développement propre à elle-même. C’est un peu plus compliqué qu’avec les autres types de photos, la photographie d’étoiles dépend quand même du matériel utilisé. Les résultats ne seront pas les mêmes d’un appareil à l’autre. Très franchement, dans ce domaine, les meilleurs résultats sont produits par les meilleurs appareils. Ce qui n’est pas forcément vrai pour la photo « de jour » en tout cas. Bon, ceci étant dit, voici quelques astuces que j’utilise dans Lightroom pour révéler la vraie nature du cosmos aux yeux de mes congénères.

  1. J’ajuste l’exposition, bien souvent je réduis l’exposition d’1 ou 2 stops
  2. Je modifie un peu (+15) la teinte générale vers le magenta
  3. Je modifie la balance des blancs vers le froid (environ -100)
  4. J’augmente le contraste un peu (+10)
  5. Je débouche les ombres qui ont été augmentées par le contraste
  6. J’augmente un peu la clarté (+10)
  7. J’augmente la vibrance (+20)
  8. Je réduis le bruit (+20 à +40)
  9. J’augmente la réduction du voile ET je rectifie la balance des blancs vers des tons un peu plus chauds
  10. J’ajuste ce qui doit l’être en prenant du recul par rapport à la photo générale

Ce ne sont que quelques astuces qui peuvent vous aider à développer vos photos. Cela ne remplace pas un développement complet. Mais j’y pense, peut-être que vous aimeriez un tuto sur ce type de développement dans Lightroom ? Direction les commentaires où vous pouvez me dire ce que vous en pensez.

Conclusion

Vous l’avez compris, photographier les étoiles n’est pas vraiment compliqué. Il suffit juste de maîtriser quelques principes, d’avoir un minimum d’équipement, de bien choisir son lieu et ses conditions de luminosité, et enfin de développer ses photos dans Lightroom. Si vous aimez faire ce genre de photos, sachez que vous pouvez également essayer de capturer les étoiles filantes, les aurores boréales, et même la station spatiale internationale ! Et pourquoi pas tout ça à la fois ? Bon ok sans les aurores boréales alors…! Mais vous pouvez connaître les horaires et latitudes de passage de l’ISS sur le site de l’ESA, génial non ?

Et comme toujours, c’est en forgeant que l’on devient forgeron, alors préparez la thermos de café, allez shooter et racontez-moi ce que vous avez obtenu en commentaires !

Pensez à partager cet article et surtout, allez pratiquer !! 😀 📸

Recevez GRATUITEMENT le guide
5 CONSEILS pour améliorer INSTANTANÉMENT vos photos !
Je déteste les spam, votre email restera secret

15 Comments

  1. Angie 31 mars 2018
    • Stef Kocyla 31 mars 2018
      • Angie 3 avril 2018
        • Stef Kocyla 3 avril 2018
          • Angie 7 avril 2018
          • Stef Kocyla 7 avril 2018
  2. Angie 7 avril 2018
  3. Angie 7 avril 2018
    • Stef Kocyla 7 avril 2018
      • Angie 8 avril 2018
        • Stef Kocyla 9 avril 2018
          • Angie 12 avril 2018
          • Stef Kocyla 13 avril 2018
    • Stef Kocyla 3 mai 2018

Laisser un commentaire